Logo 1000doctorants

Thèses Cifre en agence d’urbanisme : les témoignages d’une doctorante alumni et d’un doctorant de l’école d’architecture de Nantes.

Tous deux architectes diplômés de l’ENSA Nantes, Pauline Ouvrard et Kévin Chesnel ont réalisé chacun une thèse Cifre auprès de l’Agence d’Urbanisme de Saint-Nazaire. Pauline est aujourd’hui Docteur en aménagement de l’espace et urbanisme et Maître de Conférences en TPCAU (Théorie et Pratique de la Conception Architecturale et Urbaine) à l’ENSAN et travaille en parallèle sur divers projets en lien avec ses travaux. Kévin finalise sa thèse et intervient par ailleurs comme enseignant vacataire dans plusieurs formations. Ils font partie du laboratoire AAU* et leurs travaux ont été encadrés par Laurent Devisme, ainsi qu’Elisabeth Pasquier pour Pauline.

Une démarche à part et inscrite dans la durée

Lorsque ses futurs directeurs de thèse évoquent avec elle la possibilité d’une thèse à l’issue de son diplôme en 2010, Pauline suggère un contrat Cifre. Ils rencontrent alors plusieurs acteurs publics et s’accordent avec le pôle métropolitain Nantes-Saint-Nazaire et l’agence d’urbanisme de Saint-Nazaire. Si cette dernière devient la structure d’accueil, leur convention associe bel et bien ces deux partenaires. Une année sera nécessaire pour monter le sujet, identifier la structure d’accueil et obtenir l’accord de l’ANRT. Elle est alors la première thèse Cifre d’une équipe de recherche qui en compte désormais plusieurs.

En immersion, elle mène un travail d’enquête sociologique et anthropologique dans le monde de l’urbanisme et de la prospective territoriale. Deuxième génération de Cifre au sein de l’agence à partir de 2017, Kévin aborde les enjeux de l’aménagement et du projet en milieu périurbain à travers la conduite d’un dispositif expérimental. Deux approches différentes sur des sujets eux aussi distincts, bientôt rejoints par une troisième série de travaux puisque l’agence d’urbanisme, désormais rôdée, prévoit d’accueillir prochainement un nouveau contrat en Cifre.

Une recherche à caractère ethnographique au sein de l'Agence

La mise en réseau d’acteurs dans les territoires

Pauline et Kévin insistent sur les impacts positifs de la Cifre pour l’intégralité des participants. A travers la mise en place de partenariats et de temps partagés, professionnels, chercheurs, collectivités et étudiants ont l’opportunité de se croiser, de faire circuler connaissances, bonnes pratiques et savoir-faire. A la croisée de ces environnements, les doctorants Cifre deviennent un acteur frontière entre recherche et pratique. Les trajectoires individuelles et professionnelles multiplient ces liens et assurent la continuité des échanges.

En ce sens, les bénéfices de la thèse Cifre sont nombreux, même s’il est difficile d’en mesurer précisément les retombées économiques et humaines. Les différents partenaires ont noué des liens précieux et les rencontres ont donné lieu à des stages, des appels d’offres, des interventions dans les formations. Kévin cite à titre d’exemple l’obtention d’un contrat de recherche entre le Pôle Métropolitain et l’équipe CRENAU du laboratoire AAU, ou encore la tenue d’un séminaire hors-les-murs à l’agence d’urbanisme, porté par un groupe de recherche nommé « les écritures du périurbains ».

Au cœur de leur laboratoire, une communauté de doctorant.e.s s’est aussi structurée au fil des années du fait de l’investissement de ses membres. Un atelier a ainsi vu le jour pour permettre aux doctorants d’échanger sur leurs travaux et sur leur expérience – une façon de « poser la thèse sur le divan », comme le décrit Pauline.

<< Une recherche à caractère ethnographique au coeur de l'agence. Les utopiades, une exposition tenue en 2017 à la Baule dans le cadre d'un partenariat entre l'Agence d'Urbanisme de Saint-Nazaire et l'ENSA Nantes

   

Cifre et doctorat, à l’épreuve des idées reçues ?

La thèse Cifre demeure un exercice de funambule, rappellent-ils. Les conditions d’un bon déroulement comprennent toujours un encadrement fort, de la part de la structure professionnelle comme du laboratoire, notamment à travers la mise en place des comités de suivi de thèse, mais aussi une bonne appropriation du sujet par le doctorant. Dans un domaine où les thèses Cifre durent cinq années plutôt que trois, il faut également parvenir à ne pas se distancer de la pratique et de la structure d’accueil lors du temps de la rédaction puis de la soutenance.

Parfois appelée « thèse en alternance », la Cifre représente une alternative face à la difficulté de trouver un emploi en sortie de troisième cycle ou d’obtenir un poste stable de chercheur. Il est pourtant souvent méconnu, y compris chez les décideurs publics qui ne voient pas toujours l’intérêt d’embaucher des titulaires de doctorats. Pauline raconte qu’une collectivité importante chez qui elle avait postulé à l’issue de sa thèse avait décliné sa candidature « par peur qu’elle s’ennuie » du fait de son statut.

Au-delà du seul dispositif Cifre, Kévin et Pauline font part de leurs interrogations : comment financer la recherche au-delà de la Cifre pour les jeunes chercheurs en SHS ? Comment continuer à faire exister ce statut de praticien chercheur ? Un enjeu de premier plan pour renforcer la continuité entre formation, théorie et pratique.

Les Utopiades (2017, exposition en partenariat de l'ADDRN et l'ENSAN) >>

_________________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur les travaux de Pauline Ouvrard et de Kévin Chesnel :

>>> https://aau.archi.fr/equipe/ouvrard-pauline/

>>> https://aau.archi.fr/equipe/chesnel-kevin/.

Les travaux réalisés en studio « utopies métropolitaines » (ENSAN) >> http://utopiesmetropolitaines.org/

*Ambiances, architectures, urbanités | Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU)