Logo 1000doctorants

"La thèse Cifre comme espace d'expérimentation et de test" - De ses travaux en collectivité avec le Département des Deux-Sèvres à ses activités de paysagiste, d’enseignant et de chercheur, retour sur le parcours de Rémi Bercovitz.

Déjà titulaire d’une maîtrise d’Histoire et d’un diplôme de paysagiste, Rémi Bercovitz travaille dans un bureau d’études lorsqu’il songe à faire une thèse en 2011. L’opportunité d’une thèse Cifre se présente à travers ses contacts avec l’école d’architecture et du paysage de Bordeaux (ENSAP) : un élu au Conseil Général des Deux-Sèvres, passé par la même école, s’adresse à l’un des enseignants pour lui faire part d’un projet de thèse Cifre.

Confronté à l’application de la directive européenne cadre sur l’eau (DCE), le Département a le sentiment que les représentations, parfois anciennes, de cette ressource jouent un rôle important dans les relations entre acteurs locaux. Une thématique qui fait écho à l’approche à la fois paysagère et historique que Rémi qualifie chez lui de double casquette, puisque sa recherche va s’articuler sur la compréhension de ces représentations comme point de départ d’un processus de médiation. En témoigne l’intitulé de sa thèse : « Paysage, médiation paysagère et "bon état écologique" de la haute vallée de la Sèvre niortaise : mener une enquête historique pour fonder un projet partagé (XVIIIème -XXIème siècles) ».

Afin de faciliter la mise en place du projet de thèse et des modalités de travail, Rémi effectue d’abord un contrat de six mois au sein de la collectivité pour préparer le terrain et construire son approche du sujet. Une fois le contrat Cifre validé par l’ANRT, il débute ses travaux au sein du bureau Eau et Assainissement de la collectivité. Il décrit notamment la difficulté à faire cohabiter le temps et les exigences de la recherche au sein d’un service technique aux besoins opérationnels très axés sur le court-terme. Une situation qui illustre le besoin de définir très en amont avec l’ensemble des participants la place et le rôle du doctorant dans un univers parfois totalement étranger à la recherche.

L’objectif de Rémi, en réalisant cette thèse Cifre, est d’y trouver un espace d’expérimentation et de test. Disposant d’une grande liberté au sein de la collectivité, il perçoit la Cifre comme une nouvelle expérience pour un jeune praticien. Le droit à l’erreur et à l’échec, dans la mise en place de techniques de médiation, d’analyse et de participation, lui offre de nombreuses perspectives. Plus que les résultats, ce sont les processus d’études et d’action auprès des acteurs locaux, qui constituent la richesse et les apports du dispositif.

 

  

Projection-débat dans un café rural à La Mothe Saint-Héray (79). Expérimenter la construction d'espaces innovants de médiation pour la gestion environnementale des zones humides de la prairie mothaise.

 

S’il pointe du doigt l’absence de modalités d’évaluation et de mesure d’impact des travaux réalisés durant sa thèse, celle-ci continue de nourrir sa pratique et ses réflexions. Souhaitant « ne pas séparer le politique du scientifique, ni l’action de la recherche », la thèse Cifre a aussi permis à Rémi d’interroger la profession de paysagiste, et sa propre vision du métier. Avant la soutenance de sa thèse, il intervient déjà à l’ENSAP Bordeaux et crée son statut d’autoentrepreneur pour répondre à divers appels d’offres. Aujourd’hui enseignant, chercheur et indépendant, il revendique un parcours atypique et souligne un besoin de « profils hybrides » pour répondre aux nombreux défis posés par l’émergence d’un monde complexe et incertain.

Dans l’optique de redéfinir la pratique du paysage face aux transitions socio-environnementales actuelles et futures, la thèse Cifre est un bon moyen pour les étudiant.e.s de forger leur propre pratique, leurs savoirs et leurs compétences.

____________________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur les travaux de Rémi Bercovitz : http://www.theses.fr/2015BOR30051.

Pour en savoir plus sur le montage d’une thèse CIFRE et son déroulement au quotidien, nous vous invitons plus particulièrement à lire les pages suivantes de la thèse : p. 35, p. 36, p. 42.