Logo 1000doctorants

Hervé Retureau a repris ses études à 41 ans dans l’objectif de mener un doctorat sur l’histoire des gens de mer, un travail qui pourra être valorisé dans le cadre d’un projet local de Musée de la mer aux Sables d’Olonne. Témoignage à la première personne.

Né aux Sables-d’Olonne, dans une famille liée au monde maritime, j’ai été très tôt passionné par l’histoire de ma ville. En parallèle de mes activités d’enseignant, je suis donc devenu président de la société d’histoire locale OLONA, une association vieille de 95 ans et forte de 440 adhérents qui publie quatre revues par an (http://www.olona-histoire.fr/).

En 2015, invité à un colloque sur l’histoire maritime à l’Université du Havre, j’ai retrouvé un ancien professeur qui m’a parlé de la thèse et du financement Cifre. Père de trois enfants, le financement du doctorat était une condition sine qua none pour reprendre mes études. Et surtout, il a fallu repartir sur les bancs de l’université 25 ans après l’avoir quittée. J’ai donc suivi, en un an, un parcours de Master2 VALPEC en VAE à l’Université de Nantes où j’ai soutenu un mémoire sur le patrimoine maritime sablais.

L’année suivante, en 2016, il a fallu convaincre les élus locaux de l’intérêt de mon sujet de recherches pour la collectivité. Mais la partie administrative a été plus compliquée à mettre en route mais finalement grâce au soutien de la Communauté d’agglomération, le projet a pu aboutir. Inscrit à l’université en octobre 2016, mon accord de CIFRE n’a officiellement débuté qu’en mars 2017. Jusqu’en mars 2020 je suis donc subventionné par les Sables agglomération dans le cadre de la CIFRE pour terminer ma thèse que je soutiens le 20 février 2020 à Nantes.

Je me suis intéressé aux gens de mer dès 1996 dans le cadre de ma maîtrise d’Histoire. On appelle gens de mer toutes les personnes du port qui gravitent autour des activités maritimes (mousses, matelots, capitaines de navires) sans oublier les familles et notamment les femmes de marins. La période de ma recherche s’étend de 1750 à 1866 et cherche à mettre en lumière les métamorphoses et les mutations du port et de la société portuaire sur un siècle.

Le projet d’un Musée de la Mer aux Sables d’Olonne était porté par des associations depuis 2008 mais était tombé dans les oubliettes. Avec ma thèse, la municipalité a pris le pari de réaliser un vrai musée dédié aux marins, dans le cœur historique du port. Les travaux que je mène viendront nourrir en apports scientifiques et archivistiques ce futur musée. En tant qu’historien, je suis d’ailleurs membre du comité scientifique, au côté d’autres référents et des élus. Quand il ouvrira, j’espère rester impliqué dans les activités du musée.